Du Design Là Où C’est Nécessaire

Je m’appelle Lionel Thomas, je suis le  fondateur et directeur créatif chez KILIFORI une agence de communication localisée au Cameroun. Le constat qui a motivé cette création d’entreprise est simple : le Design est encore très mal maîtrisé / perçu dans certains pays Africain, et ça se voit dans tous les domaines. Pourtant, c’est aussi un élément essentiel pour la réussite des entreprises africaines de demain. Afin qu’elles soient aussi une source d’inspiration et d’innovation pour des milliards de gens. Cette courte entrevue a été menée par le Dr Harnet Bokrezion pour le blog AfricaJumpStart.

Lionel, pouvez vous nous raconter votre retour au Cameroun?

J’ai quitté la France et suis arrivé au Cameroun en Juin 2012. Ce fut en fait ma deuxième tentative de retour au pays. La première était en 2009, mais je pense que je n‘étais pas encore prêt à quitter le confort Européen. Mais quelque chose m’a toujours rattaché au Cameroun. Je suis ici depuis près de 4 ans maintenant.

Pourquoi avezvous décidé de quitter l’ Europe et démarrer une entreprise en Afrique?

Je tiens à dire que j’aime la concurrence, mais il y’en a très peu dans mon domaine au Cameroun, j’y ai vu une opportunité incroyable et j’ai voulu l’exploiter. Mon entreprise fait dans la conception graphique des éléments marketing d’entreprises, ceci est quelque chose qui est assez nouveau pour le continent dans son ensemble. Vous n’êtes pas obligé de convaincre un occidental sur les avantages que le design et branding apporteront à son entreprise. Mais en Afrique, la donne est différente. Comment amener une société qui lutte avec des problèmes d’accès Internet, des coupures d’électricité, et les soucis de management et gestion à se concentrer sur la conception et l’image de marque ? Voilà le challenge : apporter l’expertise de l’image dans les entreprises qui en ont le plus besoin.

Comment s’est déroulé le processus de création de votre entreprise au Cameroun une fois arrivé là-bas?

L’enregistrement prend un certain temps – environ un mois et demi. Le gouvernement n’aide pas vraiment les startups et il est difficile de trouver des investissements auprès des banques qui ne comprennent pas cette activité. Les grandes agence de pub bénéficient de toute l’attention des clients et investisseurs. La plupart des jeunes entrepreneurs dans ce secteur que je connais ont démarrés sur leur fonds propre.

Quelles sont vos conseils pour ceux qui veulent démarrer une entreprise au Cameroun ou d’ autres pays africains?

Il est bon de faire ses armes et de se constituer un réseau sur place et à l’extérieur, plonger dans le domaine et en voir les bonnes et mauvaises pratiques, se faire guider par des mentors et beaucoup écouter –même les plus pessimistes- c’est ce qui vous tiendra en haleine sur le long terme. Les possibilités sont vastes, mais tout dans ce pays prend énormément de temps. Les gens ne sont pas prêts pour ce que vous avez à offrir, il est donc nécessaire d’accompagner la vente par beaucoup de pédagogie. La véritable clé du succès est la persévérance et l’ouverture. Je serais heureux d’être en contact avec la diaspora ou les propriétaires d’entreprises étrangères qui voudraient s’installer ici – ils peuvent me contacter.

Comment entreprendre une agence de marketing au Cameroun ?

Laissons un peu le marketing de coté. Focalisons-nous sur l’Afrique : sa chaleur, sa générosité, ses paysages, ses habitants, et son art. L’art Africain est si dynamique! Mais la réalité est qu’une grande partie de ce talent est gâché par un manque de reconnaissance et de visibilité.

aaa1

Je me souviendrai toujours du jour où je me suis rendu chez mon oncle. Nous étions assis au salon, regardant une publicité locale à la télévision – c’était une pub de cosmétique, les visuels était si laids et mal exécutés qu’ils semblaient être sortis tout droit des années 70 – puis mon oncle lança « J’admire vraiment les Africains qui inventent des choses. Je veux dire … des choses réelles et palpables. » Il rajouta « Il y a beaucoup de créativité impliquée dans ce genre de conception. Je ne sais pas à propos de ton travail, fils, mais il y a une chose dont je suis sûr : ce n’est pas la même chose. Vous faites tous ces visuels pour les entreprises, mais le marketing n’est pas de la créativité… et il y a tant de gens qui font la même chose que toi, je leur parle tous les jours ! ”

Ses paroles me laissèrent pantois, ce n’était pas la première fois -et certainement pas la dernière- que j’entendais quelque chose de semblable depuis mon arrivée. Mais c’était toujours aussi douloureux. Heureusement, je peux l’expliquer.

Retour en arrière : qu’est-ce qu’on nous a toujours dis à propos de l’Afrique ? C’est un continent riche et beau. Une grande destination touristique ! La plupart des gens vous raconterons de belles histoires sur l’Afrique du Sud, le Maroc, le Ghana ou le Kenya. Mais vous n’entendrez pas beaucoup parler d’autres pays africains. Voici un fait: le tourisme est un facteur majeur de développement. Il peut changer les mentalités, conduire des affaires, booster les marchés et rendre -ceux qui l’ont compris-, plus compétitifs et donc améliorer la manufacture de leurs produits. Ces pays sont les plus chanceux, mais qu’en est- il des autres ?

Lentement mais sûrement, les entrepreneurs se sont laissés entraîner par la folie des bénéfices. Tout est bon pour faire de l’argent, même des produits médiocres. La créativité ? L’innovation ? La compétitivité ? Le service à la clientèle ? Pourquoi ? Perte d’argent. L’agriculture et l’immobilier sont une valeur sûre, c’est ce que le peuple veut. Dans les bureaux tout le monde veut entrer dans Le business de l’import export des produits alimentaires de base.
Je ne pense pas que ce soit particulièrement un trait africain, cette tendance est partout, mais le sentiment est encore plus profond là où la pauvreté, le manque d’éducation, les maladies, les problèmes d’énergie et technologiques règnent.

Qu’est ce qui fait que des entreprises comme Apple assurent un flot insolent et continu de revenus, et se retrouvent à courtiser l’Inde et la Chine par la même occasion ? Il est facile d’oublier que les bonnes premières impressions cimentent le chemin vers une excellente communication.

Ma stratégie pour l’Afrique: Enseigner et non pas vendre!

Je commence ma longue journée au Cameroun en me disant une chose : je suis là pour le long terme. Voici la question que je me pose: quel est le plus grand atout que devrait posséder une entreprise pour :

  • Gagner de la visibilité

    aaa2

    le continent africain doit-il être partout?

  • Assurer sa crédibilité
  • Raconter une histoire originale
  • Définir une vision claire et pérenne
  • Se différencier de la concurrence
  • Commander d’excellents résultats marketing
  • Faire un impact à long terme

La réponse : sa marque.

Voici les mauvaises pratiques des entreprises. Elles demandent à des étudiants ou stagiaires de le faire, pour rien. Pourquoi ? Parce que le branding n’est pas aussi important que le business plan ou la stratégie financière dans leur agenda. J’ai parlé plus haut de l’appel fort de l’argent. Voilà pourquoi les identités d’entreprises Africaine se retrouvent piégés dans les clichés. Les clichés sont des symboles que nous associons facilement à des choses, des gens, des cultures ou des pays. En Afrique, huit ou neuf entreprises sur dix auront un continent africain comme logo. Pire, elle utiliseront un drapeau du pays d’appartenance; ou pire encore, la planète terre.

Comment pouvez sensiblement améliorer votre crédibilité devant des investisseurs ou banquiers quand votre concurrence s’est déjà présenté à eux avec le même genre d’identité que vous? Une entreprise peut marquer son originalité différemment.
CAS D’ÉTUDE : AGS

1 / Le Brief

Je vais vous présenter les coulisses de la conception du logo d’une entreprise : Africa Global Strategy (AGS). AGS est un fabricant de résine et fournisseur dans l’industrie du bâtiment. Leurs bureaux sont au Cameroun et ils sont vraiment bons dans ce qu’ils font. Dans certaines régions d’Afrique, le taux d’humidité est si fort que les murs de nos maison et buildings craquent et dévoilent des pans de peinture séchée, croûtes que vous pouvez enlever avec votre pouce. AGS a une solution pour cela: sa solution de résine peut garder les fondations des bâtiments parés à toute forme d’humidité.
Problème: AGS n’a pas de logo.

2 / Idées et Brainstorming

aaa3.png
La résine est basée sur de la chimie, les molécules, un équilibre, de la symétrie, un mélange harmonieux de petits éléments qui donnent une structure solide. Je viens là d’exposer les mots clés du brief client. J’écris tout ce qui traverse mon esprit sur une feuille. Cette pratique appelée « Mind Mapping », m’aide à faire une recherche plus ciblée sur les questions réelles soulevées par le client.

3 / La plume est plus puissante …

aaa4.png

L’inspiration ne se commande pas. Il peut se passer des jours sans qu’aucune idée ne vienne. Je commence toujours mes projets sur papier, ce qui me donne une plus grande liberté. Je peux effacer, avoir un feeling de ce qui est bon ou mauvais, prendre des décisions plus rapides, rater et recommencer, rater encore et encore et trouver une solution dans le chaos. Ce format me permet d’explorer plusieurs idées plus rapidement. Les croquis injectent une touche humaine à un concept.

4 / Le Logiciel

Une fois la phase d’esquisse terminée –une à deux semaines de feedback client-, je peux ouvrir -enfin- mon logiciel préféré. Importer mon esquisse et commencer à m’éclater. J’utilise Adobe Illustrator. Je suis plus à l’aise avec cet outil mais Corel Draw peut aussi faire le travail. La clé est de maîtriser l’outil, et de rester dans le monde du vecteur. Encore une fois, ce ne sont que des outils. Le logiciel ne garantira jamais pas un logo réussi.

  “Les molécules reposent sur des  fondations solides”
aaa5

«Des fondations naissent des formes
aaa51.png

“Vient ensuite le choix de la typographie ”
aaa52.png

«Jusqu’à ce que le  tout soit entièrement assemblé.”
aaa54.png

5 / Le rendu et présentation

Faire un logo est une chose. Laisser les clients livrés à eux même est une grosse erreur. Ce sont les mauvaises pratiques du métier, sur un continent où justement beaucoup plus de marques de qualité doivent voir le jour. Je prends donc soin de fournir une présentation à mes clients qui raconte l’histoire de leur identité, leur histoire et les multiples directions qu’ils peuvent prendre pour donner une meilleure dimension à leurs produits ou services.

Les meilleurs logos sont ceux qui laissent une trace et place à l’imagination. Les clients peuvent les utiliser de multiples façons : animation, design de t-shirt, matériaux imprimés. Sur chaque support “quelque chose” se passe avec votre public. C’est émotionnel et volatile. Attention cependant à ne pas confondre logo et branding qui sont deux choses différentes. L’un est juste la partie cachée de l’iceberg mais il déclenche les émotions, tandis que l’autre les capte et les garde.

“Un bon logo devrait résister à l’épreuve du temps … et des couleurs”
aaa55.png

“Donnez au client une vision”
aaa56.png


Pensées finales

Je pense que le design est à l’intersection de l’art et de la technologie, et les deux sont des formes de communication. En tant qu’êtres humains, les moyens d’expressions sont innés chez nous, et nous sommes sans cesse en quête de changement : pour rendre nos vies meilleures.

Les artistes sentent ce sentiment d’urgence. À travers leurs façons différentes et uniques de voir le monde, ils résolvent des problèmes au quotidien. Nous nous disons, à tort que la créativité est inutile dans un pays qui n’est pas encore industrialisé, et que seulement des produits alimentaires et du béton font des bénéfices. Ceci est nier le droit de chaque entreprise en Afrique à être vouée au succès sans avoir à dévoiler son futur produit ou service..

Mon oncle est soixantenaire, il est de la vieille école. Mais ce n’est pas une raison. Il pourrait être votre prochain gros client. Comment allez – vous lui faire acheter vos produits ou “services invisibles” ? Si c’est une histoire de prix, alors vous devenez une commodité ; il achètera chez vous une fois, mais ne vous attendez pas à le revoir. Votre logo donne à votre audience plus que vous pensez: il définit qui vous êtes, pourquoi vous avez démarré votre entreprise, votre vision. Il vous rappelle, dans ces moments durs, la raison pour laquelle vous vous battez. Toutes ces choses qui vous rendent finalement authentique.

Il ne faut pas sous estimer les clients africains, ils sont très sensibles aux bonnes marques et les méritent. Ils vous diraient : « Nous voulons appartenir à une marque et en être fiers. Nous voulons dire aux gens autour de nous que « vous » êtes le meilleur. L’expérience est primordiale, notre attention est de plus en plus volatile dans un monde hyper connecté. Alors, comment allez vous nous faire aimer votre marque africaine? »


Merci

Je tiens à remercier Harnet Bokrezion pour sa belle vision de l’Afrique, et de me donner l’occasion de parler sur ce blog. Je pense que le changement viendra un pixel à la fois -dans mon domaine-. Et nous sommes très chanceux d’être là pour le voir.

Je ne suis pas un graphiste ou infographiste, mon métier c’est d’aider les entreprises comme la votre à mieux promouvoir leurs services ou produits, à travers un marketing visuel stratégique, afin qu’elles agrandissent leur business. Un métier difficile dans un environnement qui n’est pas prêt, mais il faut continuer à essayer et ne pas abandonner ! Parce que, comme ils disent : si ce n’est pas nous qui le faisons, qui le fera à notre place ?

Lionel Thomas- Fondateur & Designer chez KILIFORI

How to create a great business card

What we know about business cards:  we always lose them, we always forget them at crucial meetings,
and they always end up in a bin!

We are wired, always online and connected, eating content everyday at the speed of our thumbs.
You have 3 seconds to grab somebody’s attention, sometimes less than that.

The most important question to ask yourself is: What can you do to get the best chances to be remembered?

Let me give you the steps and the best practices to win your audience at the first impressions you’ll make.

Design is everything:

  • Dimensions:  Show me the numbers. A horizontal business card should be 9.55 cm wide and 5.71 cm tall. Vertical one 5.71 cm wide and 9.55 cm tall, obvious right? You should really ask your printer about this, because they’ll give you the exact “bleed” areas. Consider the bleeding areas, if you don’t want your design roughly cut in the print process.2014-04-03 11.20.44
  • Get a pencil and paper: Oh! That my friends will save you a LOT of time. Ever built a house with no plans? No blueprints? You’ll lose money for sure. We need to sketch a bit. How will your card look like? How much information? What kind of information?  There are so many design variations, but the most important thing is to settle them down first. It don’t have to be pretty, you are not drawing it. You just want to get the ideas of where every components will go.2014-04-03 12.30.56
  • Colors: The color has to resonate with your logo and the personality (Branding) of your business. That’s why your logo has to be successful FIRST. I recommend you to use 2 colors, 3 maximum. Need some help?
    Let me show you The Meaning of Colors.
  • Get to the point: What typeface dimension you should set? The best is between 10.5 and 12 point, that’s it!
  • Typography: I like to compare typefaces with music keys: they set the mood and the tone of the melody. You don’t have to know the notes to feel the music and know whether you like It or not, right? It’s the same with fonts!
    Let’s take “Baskerville” for example. If you’re in Education or serious business (law firm, Bank etc.), it’s the perfect font to use! Want to Be Taken Seriously? Use the Font Baskerville. (Ps: choose only 2 fonts, and you’ll simplify your life, same rule for colors.)03-04-2014 12-43-57
  • Contrast & Spaces: You should use that technique to emphasize –or not– the information. Your name, for example, should be bold. Because it’s the first thing people will get from you. Then come along your profession, and all your contact details. Break it down. Separate the information with spaces, as I did in my business card below.Print
  •  Symbols: Another debate: should you use icons, or not? It all depends on your tastes. I could have change the Facebook address in the example above, and put the Facebook icon instead. I just liked it the way it was.
    The Do’s:
  • Make it personal: It’s your business card! You are going to deal with the models you have until your run out of it!
  • Get some inspiration: Use Google images to be inspired and save the designs you like the most to your computer.
  • Get creative: An optician, for example can play with type font dimension to sell their products. Sky is the limit here.03-04-2014 14-25-43
  • Make it original: Handwritten notes are charming and can add some human touch to a design. What about graphics like illustrations? It’s a terrific tool to get someone attention long enough to say “Hey, that’s a great card! I’ve never seen one like this before!”. Don’t listen to the negative saying about illustration (it’s childish, etc.), matter of fact, it’s the most efficient form of communication. How’d you like that beautiful example?Image
  • Call your printer: Because they know their job, and they know what are the costs of creativity and originality.
  • Render it: When all is set and done and you are happy with the design, you need to render it using templates.This is the case study of Helene Jacob, a Parisian artist and painter. She uses colored duct tape to craft beautiful Hollywood stars portraits. Helene likes Cinema art. How do you come up with a simple idea to tell Helene’s story? How the card’s design will get her audience to know more about her? Visit her website? Ask her questions and buy her stories?cartevisite_horizontale_recto

    Do you see how duct tape stripes are surrounding the logo without interfere in it. They just enhance it and show eye’s directions. The colors are repetitive, and again, set a mood and the melody’s harmony. Your eyes must return to the center where Helene’s logo is. It’s like returning to the home based note in music, you know that it will happen anyway. It’s that balance we seek in design. That “moment” when you find yourself contemplating something on and on. Like art.bcard_verticale

    bcard_horizontal

You can discuss with Helene, check and like her craft on Facebook, ask her questions about. As she’s always coming up with new creations and wants to share them with you.

The Don’ts:

  • Clutter: Aaaah! Too much information kill the information: photos there, colors there, your logo there…your eyes need clear directions and places to rest. Check some bad examples of cluttered business cards.
  • Skip crucial information: That’s obvious. But we forget the obvious too many times. Put your profession, your phone number, your mail address, your social media avenues and your Skype on your card.
  • Bad color contrast: This is a test! Can you read it?2014-03-31 06.28.15
  • Skip the design steps above: If you fail to prepare your design, you’ll fail to communicate.
  • Flip it: I’m baffled when I see business cards with nothing on the flipside. The first reaction people will have when you give them your card is to flip it. We are curious by nature, we just want to know what’s next for us. If you fail to give them an answer, you’ll not grab their attention. What should be there? Your logo! It’s your first chance to show your identity and get the first impression right. Don’t miss it!

More business card tips:

  • Magic and lucky number 3 : Always give 3 business cards –at least– to your clients/prospects. You never know, may be they’ll get in touch with their business partners and your name will pop into the conversation.
  • Email it :  Your business card .pdf file is not supposed to stay in your printer’s system, neither yours. Share it! Send it via email to your clients, kindly asking them to re-share to the contacts they think might be interested in doing business with you.
  • Dropbox it : You may have document folders for every clients you have (organized by name) and to which you both have access to; because Dropbox offers great ways to instant sharing and collaboration, it’s a good idea to create subfolder – let’s say “My business card”- and send them an invitation to join it. They’ll see every changes you’ve made. More about Dropbox? Check that link.
  • Turn it into a VCard : You can also include a VCard in your email signature. If you don’t have any business card with you, you can always send an empty email to your contact with your smartphone. Best occasion to reach back and follow up later!

Apps for the job:

  • Camcard : Can’t live without it! Once installed, you just have to take a pic –well you don’t have to, it does it for you– and it scans it. You  save and
  • CardMunch : I don’t use it that much, but it has a better LinkedIn integration.

Your turn! Show me your business card design, share it with me via email. Tell me how do you like it and how it represents your business in the best way. Visit my website, and… oh…why do I give you all my contact details when you already have them! Winking smile